Fujifilm X-T1 & concert

Par

Voici quelques semaines, j’ai eu l’occasion de tester le Fuji X-T1 dans des conditions assez extrêmes : la photo de concert. Pas un concert de musique classique. Non, un concert de metal (messieurs barbus et tatoués qui crient en jouant de la musique forte).

Le groupe s’appelle Machine Head et ça bouge plutôt pas mal. Ayant eu l’accès presse grâce à mon gentil beau-frère, il me fallait voyager léger, car j’avais au préalable acheté un ticket pour assister au concert en entier. Eh oui, je suis un sauvage dirons certains ! En effet, l’accès presse donne droit à 3 chansons et puis basta.

Je ne voulais donc pas embarquer deux Fuji X-T1 et quatre objectifs, car on m’avait prévenu que l’espace dédiés aux photographes était très exigu. Je vous le confirme, il y avait de la place pour deux hamsters nains faméliques.

Je décidais donc d’embarquer un X-T1 et le 23mm F1.4 pour seuls outils. Je savais que les photos seraient pour moi uniquement, aucun compte à rendre.

L'écran orientable

Me voilà donc devant la scène, voire contre la scène avec mon petit X-T1, son 23mm et une horde de sauvages en délire à 50cm derrière moi. Les trois autres photographes me toisent en ricanant. Ils sont tous équipés de gros appareils et tout ce qui va avec. Honnêtement, je le remarque, mais je m’en fous complètement. Ils ont beaucoup moins ricané une fois qu’il s’agissait de se déplacer et de prendre des photos à ras de la scène ou juste en dessous du chanteur. Je remercie au passage l’écran orientable du Fuji X-T1.

Une bête de scène ?

Difficile de trancher. Son comportement a été très bon dans l’ensemble. Sauf l’autofocus a fait défaut sur 5-10% des photos prises. Il faut dire que les conditions lumineuses étaient changeantes, difficiles et qu’il fallait réagir assez vite. À sa décharge, il s’agissait aussi de mes premières photos de concert.

Question encombrement, c’est un sans-faute. Petit et léger, c’était parfait. Comparé aux autres photographes présents, j’avais l’air débile, mais je suis content des photos que j’ai prises (pour un premier concert). Le Fuji X-T1 m’a permis de me déplacer très facilement dans un espace très réduit sans gêner le groupe ni les autres photographes. J’ai ensuite pu profiter du concert sans avoir quinze kilos de matériel sur les épaules.

La qualité d’image des appareils Fuji n’est plus à valoriser. Malgré des conditions lumineuses difficiles : salle très sombre, lumière bleue, verte, rouge, mauve et j’en passe, le Fuji X-T1 n’a pas bronché une seule fois. J’ai choisi de vous montrer les images brutes et non retouchées (cf. ci-dessous). Le piqué est très bon et les images assez homogènes en tenant compte des conditions.

La polyvalence du 23mm

L’objectif Fujinon 23mm F1.4 a juste été parfait. Petit, léger, très rapide et surtout très polyvalent. Il m’a permis de m’approcher suffisamment du groupe, sans aller jusqu’au portrait serré. Mais, dans ce cas, ce n’est pas ce qui m’intéressait. Il m’a aussi permis de prendre des plans plus larges et tout ça, sans devoir changer d’optique toutes les 20 secondes. Pour rappel, je n’avais droit qu’à 3 chansons.

La montée en ISO ne pose aucun problème. Que du contraire. Le grain est presque invisible jusqu’à 3200 ISO. D’ailleurs, je ne suis pas trop monté en ISO, car l’éclairage près de la scène était assez fort. Il faut aussi penser à garder une vitesse assez haute afin d’éviter les flous. Ce sont des choses qui s’apprennent sur le terrain.

En conclusion, je ne dirais pas que le Fuji X-T1 est un appareil prévu pour la photo de concert, mais honnêtement, j’ai été assez surpris des résultats obtenus. Ce n’était pas gagné d’avance : conditions lumineuses spéciales, groupe et musique nerveux. Et pourtant, le X-T1 s’en est sorti avec les honneurs. Petit, léger, compact, discret et très polyvalent accompagné du 23mm F1.4, il m’a permis de réaliser de belles images (avis purement personnel et subjectif). Donc oui, le Fuji X-T1 peut s’utiliser dans des conditions de concert.

Place aux images

N.B. Images brutes, non retravaillées.

All content © 2013-2020 Frédéric Frognier
Blog made using iA Writer & Elixir Alloy